Le travail en apprentissage est variable suivant la corporation qui embauche. La période d’apprentissage n’existait pas dans les raffineries et la chaudronnerie. Chez les fondeurs de fer, on commence à 13 ans jusqu’à 19 ans. Après l’apprentissage, la rémunération  est fonction de la force et de l’aptitude. Dans la maçonnerie il n’y a pas d’apprentissage, mais les jeunes de 15 à 16 ans sont employés comme manœuvres et gagnent suivant leur force. En menuiserie, la durée d’apprentissage est de trois ans entre 16 et 19 ans. Certains abandonnent avant d’être qualifiés ouvriers. En tonnellerie, on embauche entre 16 et 17 ans pour une durée de 3 à 4 ans. Au bout de trois mois, les apprentis  perçoivent d’assez bonnes journées.

Dans les plus grosses entreprises, l’apprentissage n’existe pas mais des enfants y sont employés.

11 garçons âgés de 12 à 16 ans,  chez David, fabriquant de chaînes et câbles,

7 de 12 à 16 ans chez Nillus, fondeur,

1 de 8 à 12 ans et 29 de 12 à 16 ans, en atelier chez Mazeline, chaudronnier,

16 de 8 à 12 ans, et 28 de 12 à 16 ans, 6 filles de 8 à 12 ans et 29 de 12 à 16 chez Courant, filature,

3 de 8 à 12 ans et 11 de 12 à 16 ans chez Griffith, une Forge et fonderie de fer,

7 de 12 à 16 ans chez Guillemain, une fonderie et laminoir,

10 jeunes chez Auray, fabriquant de cordage pour les navires,

10 jeunes chez Duroselle et Cie, briqueterie mécanique dans la section de la Vallée.

En ce qui Concerne la moralité des enfants et leur instruction religieuse, Jean-Baptiste Eyriès note dans un rapport que la conduite est bonne, que chez Nillus et Griffith le travail avant la première communion n’est pas toléré. Pourtant les deux emploient des enfants de 7 et 8 ans.

chaudronnie rmazeline

En 1910, les jeunes chez Mazeline pour chaque corps de métiers sont en nombre, ici les chaudronniers dont le 3ème au premier rang, grand père de mon épouse est agé de 16ans. Ce sont les riveurs qui sont les plus nombreux, parmi les 164 riveurs 45 sont des jeunes.