les quartiers sud du Havre

09 juin 2018

les taxis bretons

taxi breton

Taxis Bretons

C’est en 1953, à la suite d’une grève des Chemins de Fer que les taxis Bretons sont créés. A partir de cette date, les marins en escale au Havre se rendent dans les cafés du quartier de l’Eure qui avaient chacun leur destination, les Cotes d'Armor, le Morbihan, le Finitère. Ce service s'est arrêté en 2000. Un café de Saint-François desservait également la Brtagne;

Les marins étaient les principaux utilisateurs de ces taxis, parfois leurs épouses venaient voir leurs maris à la maison du marin et utilisaient également ces taxis.

 

Posté par quartiers sud à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


23 mai 2018

L’enseignement en école professionnelle

l’enseignement de certaines  professions se fait dans l'entreprise, soit en apprentissage soit sur le tas. En octobre 1854 M. Louis Chandelier, répertorié comme instituteur, langue française, arithmétique, professeur de comptabilité  et homme de loi, adresse un courrier à M. Jules Ancel Maire du Havre. Il lui expose la nécessité de créer au Havre une école professionnelle devant former les enfants instruits  aux carrières industrielles et commerciales dès la fin de leurs études.

L’année suivante, à l’occasion du changement de maire nommé par l’empereur Napoléon III, M. Chandelier renouvelle ce même courrier à M. Edouard Larue. Un arrêté du préfet en date du 25 avril 1857, permet la création d’une école primaire professionnelle située rue Bernardin de Saint Pierre, le Directeur est M. Maras. Des postes sont créés pour l’enseignement de différentes matières telles que la science appliquée à l’industrie, le dessin industriel, la comptabilité commerciale, l’anglais, le chant, l’écriture sans oublier l’enseignement religieux dispensé par l’abbé de la paroisse Notre Dame aux élèves de la 3ème à la 1ère classe. Les 520 élèves sont répartis en deux catégories, ceux de 12 à 15 ans et ceux dont l’âge est compris entre 7 et 12 ans qui ne participent qu’aux cours de théorie.

Sur proposition du Maire M. Edouard Larue, se forme un comité qui prend le nom de « commission de patronage et perfectionnement de l’école préparatoire Industrielle ». Ce regroupement de professionnels comprend 4 membres du conseil municipal, un fondeur, un serrurier, un entrepreneur de charpente. M. Normand, constructeur de navires, M. David, fabricant de chaînes et M. Mazeline, industriel Ce comité propose (1) de supprimer l’enseignement du commerce pour donner aux études une tendance éminemment industrielle, de créer des ateliers en lieu et place des anciennes triperies et porcheries des abattoirs rue de Berry.  Cette proposition est non retenue, il est décidé de faire l’essai d’une école professionnelle dans le local actuel. M. Mazeline fait don d’un tour, en 1862 le matériel est composé de 5 établis simples, 7 établis doubles, 15 étaux, 1 enclume, 1 forge, 2 tours à métaux, 1 tour à bois, 1 machine à raboter,

Ayant pris le nom d’école industrielle, elle prépare à l’école d’art et métiers du gouvernement et permet aux jeunes de poursuivre leur avenir professionnel dans les ateliers et usines de la ville. Des récompenses sont distribuées aux meilleurs élèves, il est remis au nom de l’empereur Napoléon III une médaille d’argent comme prix d’Honneur.

billet d'honneur école industrielle collection particulière

En 1870, alors que M. Périer est directeur, l’école est située 3 rue de la Mailleraye.

école professionnelle

En 1890 M. Joutel est Directeur de l’école de la rue Tourville, 250 élèves sont répartis dans 5 classes et les ateliers de chaudronnerie, de fonderie, de menuiserie, de forge, de serrurerie, et d’ajustage.

En 1912, l’école industrielle se trouve 1 rue Dumé d’Aplemont, 335 élèves sont répartis dans les 9 ateliers, d’ajustage, de tours et de machines-outils, de serrurerie et d’électricité, de Forge, de chaudronnerie, de plomberie-zingueur, de fonderie, de menuiserie et de chauffeurs-outilleurs.

En 2015, un peu moins de 650 lycéens et étudiants fréquentent ce  lycée professionnel devenu Jules Siegfried.

 

L’enseignement pour les jeunes filles est également présent, une école pratique de commerce et d’industrie leur est consacrée. En 1907 la Directrice Mlle Kirschbaum,  gère   l’établissement situé 130 rue du lycée. (Actuellement rue Anatole France). Les ateliers  au sein de l’école assurent une formation et des compétences dans différents domaines : la mode, le repassage, le cuir d’art,   la sténodactylographie et la comptabilité.

 

Posté par quartiers sud à 09:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 mai 2018

enquète de 1848 les jeunes et le travail dans les diverses coorporations

Le travail en apprentissage est variable suivant la corporation qui embauche. La période d’apprentissage n’existait pas dans les raffineries et la chaudronnerie. Chez les fondeurs de fer, on commence à 13 ans jusqu’à 19 ans. Après l’apprentissage, la rémunération  est fonction de la force et de l’aptitude. Dans la maçonnerie il n’y a pas d’apprentissage, mais les jeunes de 15 à 16 ans sont employés comme manœuvres et gagnent suivant leur force. En menuiserie, la durée d’apprentissage est de trois ans entre 16 et 19 ans. Certains abandonnent avant d’être qualifiés ouvriers. En tonnellerie, on embauche entre 16 et 17 ans pour une durée de 3 à 4 ans. Au bout de trois mois, les apprentis  perçoivent d’assez bonnes journées.

Dans les plus grosses entreprises, l’apprentissage n’existe pas mais des enfants y sont employés.

11 garçons âgés de 12 à 16 ans,  chez David, fabriquant de chaînes et câbles,

7 de 12 à 16 ans chez Nillus, fondeur,

1 de 8 à 12 ans et 29 de 12 à 16 ans, en atelier chez Mazeline, chaudronnier,

16 de 8 à 12 ans, et 28 de 12 à 16 ans, 6 filles de 8 à 12 ans et 29 de 12 à 16 chez Courant, filature,

3 de 8 à 12 ans et 11 de 12 à 16 ans chez Griffith, une Forge et fonderie de fer,

7 de 12 à 16 ans chez Guillemain, une fonderie et laminoir,

10 jeunes chez Auray, fabriquant de cordage pour les navires,

10 jeunes chez Duroselle et Cie, briqueterie mécanique dans la section de la Vallée.

En ce qui Concerne la moralité des enfants et leur instruction religieuse, Jean-Baptiste Eyriès note dans un rapport que la conduite est bonne, que chez Nillus et Griffith le travail avant la première communion n’est pas toléré. Pourtant les deux emploient des enfants de 7 et 8 ans.

chaudronnie rmazeline

En 1910, les jeunes chez Mazeline pour chaque corps de métiers sont en nombre, ici les chaudronniers dont le 3ème au premier rang, grand père de mon épouse est agé de 16ans. Ce sont les riveurs qui sont les plus nombreux, parmi les 164 riveurs 45 sont des jeunes.

Posté par quartiers sud à 10:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 mars 2018

Il est a regretter  la destruction de la grue Caillard quai Reinhard fin février début mars 2018.  La question se pose de savoir si les grues qui sont encore sur deux quais du Havre, dont celui du quai Johanès subiront le mème sort. . Sachant qu'il reste encore des grues sur deux quais du Havre, dont celui du quai Johanès Couvert, il serait complètement anormal que les grues situées à cet endroit soient démontées, il s'agit tout de même du patrimoine Havrais qui sont de véritables oeuvres d'art.

ci-dessous l'article du port Marseillais qui fait mention de la conservation de la grue Caillard près d'une cale sèche.
i"C’est en juin 2015 que la forme 10 doit être à nouveau fonctionnelle. D’ici là, il faut remettre en état l’énorme cale sèche, ce qui passe par exemple par la restauration des passerelles, le remplacement des lignes de tins (datant des années 80) et même l’évacuation de l’épave d’un ancien remorqueur, qui gît posé sur le travers. Il faudra également s’occuper des réseaux, notamment électriques, mais aussi des terre-pleins attenants et des moyens de levage. A ce titre, sur les quatre anciennes grues présentes sur place, seule la Caillard sera conservée et restaurée, les autres étant ferraillées."

grue Caillard Marseille

Posté par quartiers sud à 07:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 décembre 2017

abandon d'un projet

fusion

Vu à  la bibliothèque Salacrou,  proposition de l'agrandissement du Havre, parmi les plans proposés pour l'agrandissemenrt du Havre figurait celui-ci. On distingue les remparts que l'on a reculé  jusqu'à l'extrémité du bassin Vauban. A l'éoque (1838 ) il était considéré que Le Havre devait rester un point fortifié. Heureusement que ce projet ne fut pas adopté. REF C2 i3

Posté par quartiers sud à 17:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


21 novembre 2017

vivre avec le temps

Organisée par l'AFEHME nous vous donnons RDV le 2 Décembre à 14h00 17 rue Béreult. Au cours de cette manifestation, dont le thème est " VIVRE ENSEMBLE A TRAVERS LE TEMPS" plusieurs intervenants témoigneront des conditions dans lesquelles ils sont arrivés au Havre,des conditions de relogement après la seconde guerre mondiale, et vivre ensemble avec des différences. Ce sera également l'occasion de découvrir des tableaux et modelages de deux artistes ainsi qu'une exposition de documents anciens et d'environ 60 cartes postales anciennes de la Ville du Havre

Posté par quartiers sud à 07:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 septembre 2017

image001

Posté par quartiers sud à 14:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Les grandes voiles dans les bassins

Bien rangés dans les bassins de l'Eure et Vatine, les mats vus de haut

IMG_0169

 

Posté par quartiers sud à 13:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

31 juillet 2017

Ce plan assez courant est présenté de temps à autre, mais ce qui l'est moins, c'est ce que rapporte le lieutenant Triboullet page 17 du livre "Précis Historique du Havre militaire", c'est qu'il ne servirait à rien à chercher comment était constitué ce fort de l'Eure, il rapporte : "l'ouvrage en terre qu'on appelait POMPEUSEMENT FORT DE L'EURE"; Bien sur cela n'engage que le lieutenant qui écrit ce livre en 1898. Perso j'arrête les recherches sur le sujet.

FORET DE L EURE

Posté par quartiers sud à 07:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juillet 2017

LIVRES LE HAVRE INDUSTRIEL

Epuisé depuis 3 mois le livre "LE HAVRE INDISTRIEL " vient d'être réédité Il est en vente à la Galerne, la FNAC, Plein Ciel  au prix normal de 28 euros auprès de l'Auteur tel 07 50 89 12 63;  A vendte sur le Havre et sa proche banlieue,prévoir des frains de transport si à l'extétérieur du Havre...

MEILLEURE COUVERTURE

Posté par quartiers sud à 07:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :