les quartiers sud du Havre

01 juin 2019

Le vendredi 14 juin à 18h15 salle Legoy aux archives municipales au fort de tourneville, le CHRH m'invite à présenter la mutation des industries au Havre. Pour moi, il s'agit d'une nouvelle expérience à laquelle je vous propose d'assister, entrée payante 3 euros.

conférence affiche 14 juin 2019

Posté par quartiers sud à 16:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 mars 2019

salon du livre de Gonfreville l'Orcher du 25 mai

A l'occasion du salon du livre organisé  par "BOUQUINS D'ENFER" qui se tiendra le samedi 25 mai de 10h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h00 à salle de la médiathèque  de Gonfreville l'Orcher, seront présents des auteurs de tous genres, poètes, romanciers, pour la  jeunesse,  de légendes normandes, d'aventure,  d'érotisme peut-être, de l'amour sûrement et  d'histoire c'est certain,  ils seront heureux de vous présenter leurs oeuvres.

 

salon bouquin d'enfer

Venez nombreux, en ce qui me concerne, je serai heureux de vous présenter mon livre "LE HAVRE INDUSTRIEL" deux siècles au coeur de la ville.

Posté par quartiers sud à 10:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 février 2019

Quai de Saône un lieu de viee de deux hommes engagés

Quai de Saöne, deux plaques pour se souvenir que deux hommes ont payé pour leurs engagements. Leur lieu de vie est distant de 200 mètres dans cet endroit lieu ou la vie portuaire avait une activité intense.

 

plaque j durand reduite

Plaque commémorative apposée sur la maison  ou a vécu Jules Durand en 1880 au n° 51 quai  de Saône, (modification apportée après remarque d'Alain Beauval dont les parents ont tenu le p'tit sou café au rez de chaussée de l'habitation d eJules Durand°. Jules Durand n'est pas né quai de Saône comme on peut le lire parfois.°
Ce syndicaliste, secrétaire du syndicat des ouvriers charbonniers,  condamné à la peine de mort a été accusé à tort d’être le meneur d’une rixe au cours de laquelle un ouvrier décède. Il était défendu par un illustre Havrais, l’avocat René Coty, Président de la quatrième République entre 1954 et  1959. Malgré sa peine ramenée à sept ans de réclusion, Jules Durand deviendra fou, il sera enfermé dans un asile ou il décédera en 1926.

En son hommage, un Boulevard du Havre porte son nom.

desiré rebeuf reduit

 Désiré Rebeuf, , né le 10 septembre 1891 au 21 Quai de Saône, secrétaire du syndicat des voiliers, membre des francs tireurs et partisans, est déporté, il décédera à Mauthausen en Autriche le 19 janvier 1944. En son Hommage une place du Havre porte son nom.

Au 21 quai de Saône se trouve la café Marie Louise. 

01 novembre 2018

il y aura du sport dans les quartiers Sud
La Fabrique des Quartiers Sud 

on en parle

propose dans le cadre de ‘Mémoires de Quartiers- Richesses de vie’ du territoire sud du Havre,

une rencontre/animation :
On en parle !

L’aventure sportive au Havre ! le Vendredi 23 novembre 2018 à 17h30
à la salle des fêtes Béreult – 17, rue Béreult

Posté par quartiers sud à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 octobre 2018

le vélotour quai de la marne

 septembre  départ du quai de la Marne du vélotour

IMG_0569

IMG_0570

IMG_0575

IMG_0577

IMG_0578

IMG_0588

IMG_0589

IMG_0590

IMG_0591

Posté par quartiers sud à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


30 juin 2018

Les courses cyclistes das les quartiers Sud

circuit des neiges collection particulière

Les courses cyclistes dans les quartiers Sud ont connu de grands moments , qu'il s'agisse de a course de la Vallée Béreult, du petit tour de Frandce dans dans le quartier de l'Eure ou bienencore les courses dans le quartier Brindeau. Qui se reconnaitra sur la photo du circuit des Neiges avec la reine et le vainqueur 

Posté par quartiers sud à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 juin 2018

les taxis bretons

taxi breton

Taxis Bretons

C’est en 1953, à la suite d’une grève des Chemins de Fer que les taxis Bretons sont créés. A partir de cette date, les marins en escale au Havre se rendent dans les cafés du quartier de l’Eure qui avaient chacun leur destination, les Cotes d'Armor, le Morbihan, le Finitère. Ce service s'est arrêté en 2000. Un café de Saint-François desservait également la Brtagne;

Les marins étaient les principaux utilisateurs de ces taxis, parfois leurs épouses venaient voir leurs maris à la maison du marin et utilisaient également ces taxis.

 

Posté par quartiers sud à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 mai 2018

L’enseignement en école professionnelle

l’enseignement de certaines  professions se fait dans l'entreprise, soit en apprentissage soit sur le tas. En octobre 1854 M. Louis Chandelier, répertorié comme instituteur, langue française, arithmétique, professeur de comptabilité  et homme de loi, adresse un courrier à M. Jules Ancel Maire du Havre. Il lui expose la nécessité de créer au Havre une école professionnelle devant former les enfants instruits  aux carrières industrielles et commerciales dès la fin de leurs études.

L’année suivante, à l’occasion du changement de maire nommé par l’empereur Napoléon III, M. Chandelier renouvelle ce même courrier à M. Edouard Larue. Un arrêté du préfet en date du 25 avril 1857, permet la création d’une école primaire professionnelle située rue Bernardin de Saint Pierre, le Directeur est M. Maras. Des postes sont créés pour l’enseignement de différentes matières telles que la science appliquée à l’industrie, le dessin industriel, la comptabilité commerciale, l’anglais, le chant, l’écriture sans oublier l’enseignement religieux dispensé par l’abbé de la paroisse Notre Dame aux élèves de la 3ème à la 1ère classe. Les 520 élèves sont répartis en deux catégories, ceux de 12 à 15 ans et ceux dont l’âge est compris entre 7 et 12 ans qui ne participent qu’aux cours de théorie.

Sur proposition du Maire M. Edouard Larue, se forme un comité qui prend le nom de « commission de patronage et perfectionnement de l’école préparatoire Industrielle ». Ce regroupement de professionnels comprend 4 membres du conseil municipal, un fondeur, un serrurier, un entrepreneur de charpente. M. Normand, constructeur de navires, M. David, fabricant de chaînes et M. Mazeline, industriel Ce comité propose (1) de supprimer l’enseignement du commerce pour donner aux études une tendance éminemment industrielle, de créer des ateliers en lieu et place des anciennes triperies et porcheries des abattoirs rue de Berry.  Cette proposition est non retenue, il est décidé de faire l’essai d’une école professionnelle dans le local actuel. M. Mazeline fait don d’un tour, en 1862 le matériel est composé de 5 établis simples, 7 établis doubles, 15 étaux, 1 enclume, 1 forge, 2 tours à métaux, 1 tour à bois, 1 machine à raboter,

Ayant pris le nom d’école industrielle, elle prépare à l’école d’art et métiers du gouvernement et permet aux jeunes de poursuivre leur avenir professionnel dans les ateliers et usines de la ville. Des récompenses sont distribuées aux meilleurs élèves, il est remis au nom de l’empereur Napoléon III une médaille d’argent comme prix d’Honneur.

billet d'honneur école industrielle collection particulière

En 1870, alors que M. Périer est directeur, l’école est située 3 rue de la Mailleraye.

école professionnelle

En 1890 M. Joutel est Directeur de l’école de la rue Tourville, 250 élèves sont répartis dans 5 classes et les ateliers de chaudronnerie, de fonderie, de menuiserie, de forge, de serrurerie, et d’ajustage.

En 1912, l’école industrielle se trouve 1 rue Dumé d’Aplemont, 335 élèves sont répartis dans les 9 ateliers, d’ajustage, de tours et de machines-outils, de serrurerie et d’électricité, de Forge, de chaudronnerie, de plomberie-zingueur, de fonderie, de menuiserie et de chauffeurs-outilleurs.

En 2015, un peu moins de 650 lycéens et étudiants fréquentent ce  lycée professionnel devenu Jules Siegfried.

 

L’enseignement pour les jeunes filles est également présent, une école pratique de commerce et d’industrie leur est consacrée. En 1907 la Directrice Mlle Kirschbaum,  gère   l’établissement situé 130 rue du lycée. (Actuellement rue Anatole France). Les ateliers  au sein de l’école assurent une formation et des compétences dans différents domaines : la mode, le repassage, le cuir d’art,   la sténodactylographie et la comptabilité.

 

Posté par quartiers sud à 09:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 mai 2018

enquète de 1848 les jeunes et le travail dans les diverses coorporations

Le travail en apprentissage est variable suivant la corporation qui embauche. La période d’apprentissage n’existait pas dans les raffineries et la chaudronnerie. Chez les fondeurs de fer, on commence à 13 ans jusqu’à 19 ans. Après l’apprentissage, la rémunération  est fonction de la force et de l’aptitude. Dans la maçonnerie il n’y a pas d’apprentissage, mais les jeunes de 15 à 16 ans sont employés comme manœuvres et gagnent suivant leur force. En menuiserie, la durée d’apprentissage est de trois ans entre 16 et 19 ans. Certains abandonnent avant d’être qualifiés ouvriers. En tonnellerie, on embauche entre 16 et 17 ans pour une durée de 3 à 4 ans. Au bout de trois mois, les apprentis  perçoivent d’assez bonnes journées.

Dans les plus grosses entreprises, l’apprentissage n’existe pas mais des enfants y sont employés.

11 garçons âgés de 12 à 16 ans,  chez David, fabriquant de chaînes et câbles,

7 de 12 à 16 ans chez Nillus, fondeur,

1 de 8 à 12 ans et 29 de 12 à 16 ans, en atelier chez Mazeline, chaudronnier,

16 de 8 à 12 ans, et 28 de 12 à 16 ans, 6 filles de 8 à 12 ans et 29 de 12 à 16 chez Courant, filature,

3 de 8 à 12 ans et 11 de 12 à 16 ans chez Griffith, une Forge et fonderie de fer,

7 de 12 à 16 ans chez Guillemain, une fonderie et laminoir,

10 jeunes chez Auray, fabriquant de cordage pour les navires,

10 jeunes chez Duroselle et Cie, briqueterie mécanique dans la section de la Vallée.

En ce qui Concerne la moralité des enfants et leur instruction religieuse, Jean-Baptiste Eyriès note dans un rapport que la conduite est bonne, que chez Nillus et Griffith le travail avant la première communion n’est pas toléré. Pourtant les deux emploient des enfants de 7 et 8 ans.

chaudronnie rmazeline

En 1910, les jeunes chez Mazeline pour chaque corps de métiers sont en nombre, ici les chaudronniers dont le 3ème au premier rang, grand père de mon épouse est agé de 16ans. Ce sont les riveurs qui sont les plus nombreux, parmi les 164 riveurs 45 sont des jeunes.

Posté par quartiers sud à 10:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 mars 2018

Il est a regretter  la destruction de la grue Caillard quai Reinhard fin février début mars 2018.  La question se pose de savoir si les grues qui sont encore sur deux quais du Havre, dont celui du quai Johanès subiront le mème sort. . Sachant qu'il reste encore des grues sur deux quais du Havre, dont celui du quai Johanès Couvert, il serait complètement anormal que les grues situées à cet endroit soient démontées, il s'agit tout de même du patrimoine Havrais qui sont de véritables oeuvres d'art.

ci-dessous l'article du port Marseillais qui fait mention de la conservation de la grue Caillard près d'une cale sèche.
i"C’est en juin 2015 que la forme 10 doit être à nouveau fonctionnelle. D’ici là, il faut remettre en état l’énorme cale sèche, ce qui passe par exemple par la restauration des passerelles, le remplacement des lignes de tins (datant des années 80) et même l’évacuation de l’épave d’un ancien remorqueur, qui gît posé sur le travers. Il faudra également s’occuper des réseaux, notamment électriques, mais aussi des terre-pleins attenants et des moyens de levage. A ce titre, sur les quatre anciennes grues présentes sur place, seule la Caillard sera conservée et restaurée, les autres étant ferraillées."

grue Caillard Marseille

Posté par quartiers sud à 07:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]